Une compréhension à 360° du digital : l’enjeu des ETI

La majorité des ETI françaises a désormais enclenché son processus de transformation digitale. Qu’il s’agisse de dématérialiser ses flux ou, pour les plus avancées, de collecter puis d’exploiter la data, tout l’enjeu pour les entreprises est de parvenir à intégrer le digital à leur projet et se structurer en conséquence. Explications de Pierre-Olivier Brial, Directeur Général Délégué du groupe Manutan et co-Président de la commission digitale du METI.

Depuis l’édition 2018 du baromètre de la maturité digitale des ETI françaises, quelles grandes évolutions avez-vous pu noter ?

Pierre-Olivier Brial : En un an, de nombreux secteurs se sont mis en route. L’industrie, notamment, rattrape son retard grâce au travail mené autour de l’industrie 4.0. Des pilotes, voire des plans de transformation complets, ont ainsi pu voir le jour. La distribution professionnelle s’est également réveillée. Les comportements clients en B2B ont évolué et, ici aussi, nous assistons à la mise en place d’initiatives digitales pertinentes. Je suis enclin à penser que les ETI sont de plus en plus nombreuses à se rendre compte de la puissance du digital et de son impact sur leur business model.

Plusieurs ETI sont entrées dans une « nouvelle phase » de la transformation digitale, caractérisée par une meilleure analyse des données et des premiers contacts avec l’Intelligence Artificielle (IA). Toutes les entreprises ne jouissent bien sûr pas du même degré d’avancement. Fin 2018, nous avons organisé un atelier de co-design inédit avec des dirigeants d’ETI, en partenariat avec Apax Partners. À cette occasion, nous avons pu noter que les entreprises ayant entamé leur mue digitale se questionnent, avec pertinence, sur la meilleure utilisation possible de la data et commencent à en structurer leur exploitation.

Quels sont désormais les grands challenges que doivent adresser les ETI ? 

P-O.B. : Pour les « nouvelles venues » dans la transformation digitale, réussir la digitalisation de la relation client et des forces de vente est à l’ordre du jour. Leurs premiers projets vont ainsi se concentrer sur la dématérialisation des flux ou le développement d’une activité de e-commerce. Pour d’autres, il sera nécessaire de bien comprendre les enjeux du Big Data ou de la valorisation des données. Certaines sociétés industrielles en auront notamment besoin pour mettre en place la maintenance prédictive.

Face aux nouveaux acteurs de leur secteur, les ETI devront également revoir une partie de leur modèle d’origine et gagner en compétitivité. Comment ? En s’appuyant sur une compréhension à 360° de ce que le digital va changer dans le rapport avec le client et la façon de travailler. Les ETI spécialisées dans la distribution automobile doivent composer avec l’arrivée de la voiture autonome. Dans le domaine de la santé, le client final doit mieux être pris en compte. Dans l’ingénierie industrielle, il va falloir intégrer l’industrie 4.0…

Le piège serait de considérer la transformation digitale uniquement comme une série d’initiatives. Une erreur encore commise par des dirigeants n’arrivant pas à l’intégrer pleinement à la mission de leur entreprise. L’autre piège serait de vouloir faire front seul. Toutes les ETI ne sont pas encore ouvertes à l’écosystème start-ups, pourtant il existe un formidable vivier d’acteurs capables d’aider l’entreprise à accélérer sa transformation.

En dehors des start-ups, de quels atouts disposent les ETI pour réussir leur mue ?  

P-O.B. : Les ETI pensent à court, moyen et surtout long terme. Comme la transformation digitale implique des changements en profondeur, il faut miser sur cette capacité. Mais ce n’est pas tout ! L’ETI part généralement d’un projet d’entreprise. Par conséquent, son dirigeant va chercher à relier le digital à ses valeurs et à embarquer l’ensemble de ses collaborateurs. C’est capital, puisque la transformation digitale remet en cause les façons de travailler. Enfin, l’ETI est souvent leader dans une niche. Cette spécialisation lui permet de compter sur une transformation très focalisée avec un nombre restreint d’initiatives ciblées.

Quelles vont être les prochaines étapes pour « apprivoiser » la donnée ?

P-O.B. : Il faut commencer par son identification : où est-elle au sein de l’entreprise ? Ensuite, il s’agit de mettre en place une gouvernance claire. Établir les personnes en charge d’administrer l’exploitation de la donnée et les processus nécessaires à son bon fonctionnement. Troisième étape : la mise en place de pilotes pour la valoriser. Quatrième et dernière phase, il faut faire évoluer la technologie encore et encore. Par exemple, en créant des data lakes pour mieux exploiter le Big Data. Au sein de Manutan, nous en sommes à la troisième phase et commençons à réfléchir à la quatrième grâce à de nouveaux outils et la recherche de nouvelles compétences.

Au sein du METI, quels sont vos chantiers pour 2019 ? 

P-O.B. : Nous travaillons autour de l’explication du parcours de transformation digitale avec un double objectif. Tout d’abord un objectif d’image. Qui pense transformation digitale va penser start-up ou initiative de grand groupe mais pas ETI. Or, il y a des centaines d’exemples d’ETI digitalisées ! Cette bataille de l’image est cruciale à nos yeux, ne serait-ce que pour sensibiliser les pouvoirs publics à nos enjeux de digitalisation. D’ailleurs, le baromètre digital est un des outils de cette stratégie de communication et de sensibilisation, car il permet de déconstruire un certain nombre d’a priori sur le digital.

Nous cherchons également à faire entendre notre voix dans les initiatives régionales ou nationales, sur Intelligence Artificielle par exemple. Sur ce sujet, l’Allemagne a inclus 1 000 ETI dans son plan pour mieux les acculturer à l’IA ! Au sein du METI, nous souhaitons nous positionner en amont des lancements de programmes aussi innovants. Et surtout, pouvoir apporter notre expertise sur les initiatives liées à la transformation digitale.

Téléchargez l’intégralité de la troisième édition du Baromètre Digital des ETI françaises

Abonnez-vous

Apax Talks

NEWSLETTER

Apax Talks est un magazine digital à destination des dirigeants d’entreprise. Il présente des stratégies pour développer la croissance des PME et ETI, avec un focus sur les secteurs TMT, consumer, santé et services.