Quatre questions digitales à Pierre Reboul, Fondateur de l’Electronic Business Group (EBG)

Transformation digitale des entreprises, mondialisation des marchés, apparition de niches d’investissement. Pierre Reboul, Fondateur de l’Electronic Business Group (EBG) décrypte les nouveaux challenges et les opportunités du numérique pour les PME.

Les PME peuvent-elles selon-vous conduire une transformation digitale réussie ?

Pierre Reboul : On appelle « transformation digitale » la réaction des marques traditionnelles ainsi que des grands groupes face à l’intrusion de nouveaux acteurs disruptifs, qui révolutionnent le service, rompent les circuits d’intermédiaires ou proposent le même service ou produit beaucoup moins cher. Donc, par définition, la transformation digitale est imposée par de petits acteurs et plus on est petit, plus on est susceptible de réussir.

Comment doit procéder une PME qui souhaite réussir cette transformation digitale ?

P.R. : L’essentiel réside dans la compétence de la personne qui sera embauchée et dans la capacité d’ouverture du dirigeant. Ce dernier doit comprendre que tout ce qu’il a bâti, avec très souvent des process établis et des prix stables est potentiellement en danger. La question du budget est à mon sens secondaire, on ne réussit pas sa transformation en achetant des logiciels ou en faisant travailler des sociétés de développement informatique, mais en comprenant comment la technologie peut bouleverser son métier ainsi que sa chaîne de valeur.

Le digital impose-t-il une mondialisation de tous les marchés ?

P.R. : Oui, et c’est bien le problème ! Ce n’est pas un acteur français qui a acquis les droits de la Ligue 1 aux dépens de Canal Plus, mais un broker espagnol, qui va les revendre sur le marché mondial. Et ce n’est pas une énième chaîne française mais bien Netflix qui représente leur plus grande menace dans le domaine du cinéma et des séries. C’est également un acteur Qatari qui les concurrence depuis six ans en proposant un tarif inférieur à 60% à leur abonnement. Il en va de même dans de très nombreux marchés : la location saisonnière, la garde d’animaux de compagnie, les trottinettes en libre-service, la livraison alimentaire, la revente de mobile de seconde main, etc. Tout devient mondial, avec un à trois acteurs de référence.

Quels peuvent être les secteurs les plus porteurs pour un investisseur ?

P.R. : Je citerai deux secteurs en particulier. Tout d’abord l’intelligence artificielle, dont les performances sont très éloignées des fantasmes qu’il est possible de lire dans certains articles de presse. Il peut s’agir soit de technologies dites « core » : des moteurs d’intelligence artificielle, soit de logiciels utilitaires tels que des agents conversationnels. Le second secteur est la Blockchain, tout en gardant en tête de se méfier des ICOs (Initial Coin Offering), dont le statut juridique est quasi-inexistant. Mieux vaut se focaliser sur les softwares et les services qui utilisent la Blockchain comme référentiel d’horodatage ou de certification de type service notarial.

Abonnez-vous

Apax Talks

NEWSLETTER

Apax Talks est un magazine digital à destination des dirigeants d’entreprise. Il présente des stratégies pour développer la croissance des PME et ETI, avec un focus sur les secteurs TMT, consumer, santé et services.