Les réseaux SD-WAN révolutionnent le secteur des Télécommunications

Après avoir connu un grand bouleversement dans les années 2000 avec l’utilisation des réseaux IP par les entreprises, le secteur des Télécoms et son écosystème se retrouvent à nouveau bouleversés par l’apparition des réseaux Software-Defined Wide Area Network (SD-WAN). Etienne Costes, Partner chez Parthenon-EY, et Jonathan Shulman, Partner chez McKinsey & Company, décryptent les tendances, les opportunités et les nouveaux challenges du marché.

Vers une meilleure connectivité et plus de mobilité

« Les besoins en matière de réseau d’entreprise sont aujourd’hui fortement impactés par deux grandes tendances », commence Etienne Costes. Tout d’abord, l’amélioration de la connectivité dans l’ensemble du monde, notamment grâce à l’installation de la fibre optique qui se généralise dans toutes les géographies. Et deuxièmement, le déploiement sur mobile de la 4G ainsi que l’arrivée prochaine de la 5G. « Ces innovations techniques et technologiques rendent l’accès à Internet beaucoup plus simple pour les entreprises. Elles ont aussi permis à l’écosystème des télécommunications d’imaginer de nouveaux moyens de gérer les réseaux professionnels : les solutions de SD-WAN. »

Auparavant, les entreprises confiaient leur Wide Area Network (WAN) aux grands opérateurs internationaux, chargés de déployer des équipements sur l’ensemble de leurs réseaux pour connecter plusieurs sites entre eux et gérer ensuite les connexions sécurisées. « Réaliser ces interventions et relier les différentes infrastructures nécessitent une intervention physique », constate Jonathan Shulman, « ce qui représente un budget conséquent pour les entreprises ». Avec le SD-WAN, il « suffit » de connecter l’ensemble des sites de la société à Internet, puis d’ajouter une couche de logiciels assurant la qualité de connexion et la sécurisation des échanges. Ce modèle permet de piloter tous les réseaux et les sites des entreprises au niveau applicatif. Les entreprises prêtes à franchir le pas peuvent donc faire appel à des sociétés leur fournissant un software de SD-WAN ou leur déployant un réseau SD-WAN : une solution rapide et moins coûteuse.

Les CTO aux aguets et l’écosystème télécom redessiné

« C’est une véritable révolution sur le secteur, qui fait naître de nouveaux acteurs maîtrisant ces technologies. », explique Etienne Costes. « Les États-Unis ont bénéficié plus tôt d’un réseau très haut débit et sont donc plus en avance notamment sur la partie gestion du réseau – plus mature dans l’esprit des CTO. » Pour autant, l’Europe ne devrait pas tarder à leur emboîter le pas. « Un intérêt aussi rapide de la part des CTO européens est tout simplement spectaculaire », souligne Etienne Costes. « Ils restent cependant très sensibles à l’aspect sécurité, donc prudents. Ils ont mis en place des Proof Of Concept (POC), afin de tester les solutions sur deux ou trois de leurs sites. » Derrière cet engouement, une attente : pouvoir outsourcer toute la partie gestion de l’infrastructure de l’entreprise. Cela permet aux équipes internes techniques et informatiques de se concentrer sur le déploiement d’applications ou de logiciels à destination des utilisateurs de la société. « Le management des services représente une importante proposition de valeur pour les CTO et les CEO », complète Jonathan Shulman, « la question de la gestion réseau est devenue tellement critique qu’ils sont à la recherche de la perle rare, impossible à trouver au sein de l’entreprise. » Les CTO recherchent ainsi un acteur capable de leur fournir « un réseau clé en main » opérationnel ainsi que des serveurs informatiques qui porteront les applications développées par leurs équipes. « La qualité du service ainsi que la disponibilité du réseau et des serveurs sont les deux grands KPI sur le secteur », enchaîne Etienne Costes. « Il existe également une vraie attente en termes de flexibilité : ajouter, déménager ou augmenter la capacité d’un site par exemple. » Et le SD-WAN possède un avantage considérable, puisqu’il offre une plus grande agilité. Il est ainsi plus simple, par rapport aux réseaux traditionnels, d’intégrer un nouveau site au sein du réseau de l’entreprise. « C’est également un moyen de s’assurer une résolution plus rapide des problèmes IT, grâce à une intervention virtuelle à distance », insiste Jonathan Shulman.

 

Éditeurs de SD-WAN, pure players et acteurs traditionnels, via des acquisitions, tentent de se positionner sur un secteur en pleine ébullition. Les opérateurs traditionnels misent par exemple sur la proposition d’un modèle hybride à destination des grandes entreprises, combinant le protocole dominant MultiProtocol Label Switching (MPLS) pour les sites critiques et SD-WAN pour les plus petits. « La tendance aux États-Unis montre cependant que quelques pionniers sont prêts à basculer sur un modèle 100% SD-WAN et donc à faire directement appel aux pure players comme Expereo », pointe Etienne Costes. Mais ce changement ne s’effectue pas en un claquement de doigts. Les entreprises ont un énorme besoin d’accompagnement dans cette opération car il s’agit d’un projet qui impacte 100% des salariés : les CTO n’ont pas le droit à l’erreur. « Un réseau indisponible, même une heure, n’est pas envisageable.  Dans leur vie privée comme professionnelle, les utilisateurs attendent des applications qu’elles soient accessibles tout de suite », explique Jonathan Shulman.

Accompagnement, fiabilité, disponibilité… les gagnants cocheront toutes les cases

Dans ce contexte de demande exponentielle de connectivité et de fort degré d’exigence, la valeur sur la création de liens physiques va, d’après Etienne Costes, progressivement diminuer une fois le passage à la fibre optique achevé. « Aujourd’hui, seuls 14% des sites des entreprises françaises en sont équipés. En revanche, la valeur des services délivrés sur le réseau ne va cesser de croître. » Ainsi, aux yeux des deux experts, les gagnant seront les acteurs capables de « mettre ensemble » les différentes pièces nécessaires au déploiement de la solution pour les clients. Les réseaux de qualité et supervisés de manière réactive, feront la différence. À ceci s’ajoute bien sûr une bonne solution software permettant de piloter les services présents sur le réseau, ainsi que des équipes en charge de les déployer, les superviser et rassurer le CTO avec une capacité d’intervention dans l’heure en cas de problème. Ce qui nécessite de tisser les bons partenariats entre les fournisseurs de réseaux, les éditeurs de solutions SD-WAN et les intégrateurs. « Tout va se jouer dans les cinq années à venir », concluent-ils.

Abonnez-vous

Apax Talks

NEWSLETTER

Apax Talks est un magazine digital à destination des dirigeants d’entreprise. Il présente des stratégies pour développer la croissance des PME et ETI, avec un focus sur les secteurs TMT, consumer, santé et services.