Éric Bompard prêt à habiller l’Europe de la douceur du cachemire

Éric Bompard a su s’imposer comme une marque incontournable en France depuis plus de 30 ans. Un positionnement idéal et un potentiel de développement important aux yeux de Xavier Marie, Fondateur de Maisons du Monde et nouveau Président de l’enseigne cachemire préférée des Français, qui ambitionne de propulser la marque au rang de leader européen.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans cette aventure avec la Maison Bompard ?

Xavier Marie : Éric Bompard, c’est évident pour tous, est une très belle marque française, statutaire et très aimée des français. Le fait que l’enseigne se positionne comme spécialiste du cachemire et dispose d’une véritable expertise sur cette matière me semble être un formidable atout dans la sur-offre / sur-créativité actuelle.

La contrepartie est bien sûr une clientèle fidèle et très attachée à la marque, qu’il faut choyer dans tout processus d’évolution et de transformation. Mais Éric Bompard a la force d’être très transgénérationnelle, ce qui devrait nous aider à être aimé de tous.

Quelles vont-être vos grandes étapes de développement pour la marque ?

X.M. : La qualité de Bompard est un facteur différenciant par rapport à des offres low price et low quality, qui ne manquent pas. Mais l’offre en tant que telle peut et doit être largement retravaillée. Mon chantier numéro un a été de travailler sur la collection et la structure de l’offre future. L’objectif est de passer d’un modèle avec 70 % de classiques et 30% de fantaisie à une offre plus équilibrée entre les deux.  Les collections à venir seront plus désirables, et nous voulons nous ouvrir sur de nouvelles matières, mais toujours luxueuses et naturelles, douces et confortables, issues d’animaux parfois extraordinaires, systématiquement « récoltées » (peignées si l’on prend le cas du cachemire) sur des animaux vivants et en bonne santé.

Pour faire de cette ambition forte une réalité, nous avons recruté une directrice artistique issue du luxe et de la mode autour de laquelle une équipe travaille avec beaucoup de ferveur. Traduit économiquement, ce travail doit nous permettre de faire évoluer favorablement et significativement le like for like, ce qui est la pierre angulaire d’une relance et d’un déploiement comme ceux que nous visons pour Bompard.

Notre deuxième axe est d’accélérer l’expansion du réseau de vente en propre de la marque en France (où nous avons un nombre significatif de points de vente pertinents à ouvrir) et, bien sûr, dès le travail sur l’offre bien engagé, sur l’Europe.

Le troisième axe, mais vous comprenez bien que ce n’est pas un ordre de priorité car tout démarre en même temps, est de moderniser le site de e-commerce, notamment en changeant de plateforme pour faire face aux défis digitaux du retail d’aujourd’hui, ici comme à l’international.  Dans le même temps nous travaillons sur le concept de communication qui doit être fort et déclinable durablement, et au travers duquel la marque pourra rayonner dans les années à venir. Enfin, il est très probable que dès 2020 une activité wholesale soit lancée afin d’accélérer le développement à l’international, Bompard étant pour l’instant uniquement distribué dans son réseau en propre.

Quels enseignements tirés de votre success story avec Maisons du Monde avez-vous envie d’appliquer à Éric Bompard ?

X.M. : J’ai essentiellement appris que le produit est la chose la plus importante, que tout commence et se termine par lui. Au sein de Maisons du Monde, j’ai eu la chance de travailler sur une marque de flux : lorsque l’on faisait quelque chose de bien, nous avions immédiatement des résultats. Avec Bompard ce ne sera ni aussi rapide ni aussi simple.

Dans l’univers de la mode et du luxe, je me confronte également au fait que le story telling et la communication sont clés également, et qu’il faut être excellent sur les deux. Nous allons essayer… Nous faisons tout pour ! C’est ce défi qui m’intéresse aujourd’hui.

En tant que fondateur entrepreneur, avec quel type de fonds d’investissements aimez-vous travailler ?

X.M. : On peut dire que je connais beaucoup de fonds d’investissement. Sans même revenir sur les fonds régionaux qui m’ont accompagné comme actionnaires minoritaires au tout début, j’ai pratiqué pas moins de cinq fonds de LBO, ce qui fait que je suis quasiment un expert en la matière.

Ce que j’aime, ce sont des fonds qui me laissent travailler sur l’exploitation, sans intrusion opérationnelle souvent hors de propos – quoiqu’ils en croient. À chacun son métier. Je les attends sur ce que je connais le moins bien et qui surtout me prendrait un temps hyper précieux en tant que dirigeant et développeur : la partie acquisition, le montage de financement, le juridique et la gestion. Bref, la finance en général. J’apprécie aussi les réseaux et la capacité d’accéder à l’information dont disposent les fonds.

Apax Partners remplit toutes ces cases. Je les connais depuis très longtemps et l’équipe qui m’aide est formidable. Ils me font une très grande confiance et je sais que je peux passer des moments agités en les ayant à mes côtés, ils sont solides et voient à moyen ou long terme comme moi.

Abonnez-vous

Apax Talks

NEWSLETTER

Apax Talks est un magazine digital à destination des dirigeants d’entreprise. Il présente des stratégies pour développer la croissance des PME et ETI, avec un focus sur les secteurs TMT, consumer, santé et services.